Relations de Français fameux avec St-Domingue
Article Numéro 4.27 Adultes et universitaires
Soumis par: FFCA-PHCS
Date: 14 octobre 2013
Nombres de Visiteurs: 566
Commentaires: 0
Source: En grande partie de Louis Mercier, Contribution de Lïïle d’Haïti a l’Histoire de la Civilisation, Première Edition 1949, p 4-7 et 27-30. Collection du Bicentenaire, Haiti 1804-2004, Editions Fardin ,Port-au-Prince, Haïti)

Des personnages français très connus eurent des relations proches avec St-Domingue.  La colonie contribua, d’une façon ou d’une autre, à leur épanouissement.

Presque toute la noblesse française y avait des intérêts.  La belle Joséphine de Beauharnais y possédait des terres.  Voltaire devait une partie de sa grande fortune de la colonie.  Madame de Maintenon et ses parents en bénéficièrent aussi.  Saint-Domingue nourrissait largement la Mère Patrie.  Le luxe de Paris, les élégants palais de France, tout ce qui faisait de ce pays un des plus beaux de la terre et de Paris, la Capitale du monde, l’était en grande partie par Saint-Domingue.  Il y eut parfois des alliances scandaleuses entre la noblesse française et les riches roturiers de St-Domingue.  Le flux du capital colonial transforma la société française, enrichit des manants qui ont pu donner une bonne instruction à leurs enfants, et préparer ainsi cette bourgeoisie qui fera la Révolution de 1789.  Son influence était telle que Gouy d’Arcy, représentant des Grands Planteurs de St-Domingue à Paris a pu dire à Louis XVI: « Sire, votre cour est créole.  Les liens du sang, ces liens que rien ne peut briser ont indissolublement attaché votre noblesse à la colonie de St-Domingue »  …  Une des principales villes de la Colonie, le Cap Français, l’actuel Cap Haïtien, était le centre le plus important de la culture française en Amérique.  … Les hommes d’état et les savants les plus éminents s’y donnaient rendez-vous.  Il y avait été créée une Société Savante composée de quarante membres.   Elle s’occupait surtout d’expériences scientifiques et avait des rapports étroits et constants avec les grandes sociétés d’Europe… Le vaccin a été pratiqué en Haïti longtemps avant Jenner.  Des expériences curieuses en avaient été faites dans les plaines du Cap, sur les animaux.  Le premier essai fait en Amérique dans le champ de l’aviation, le fut au Cap-Francais où, en 1784, un ballon montgolfière fut lancé au milieu d’un enthousiasme délirant… sur la propriété Galifet.  La flore des Antilles y fut aussi explorée et d’intéressantes études furent publiées à ce sujet.

Dans le village de Grande Rivière du Nord, à vingt kilomètres du Cap, sont nés deux français qui iront s’instruire à Paris et deviendront des membres de l’Académie Française et de l’Académie des Inscrip-tions: ils s’appelaient Paul Gui de Chabanon et René Dureau de la Malle.  Un habitant du Cap, Jacques Boneau , deviendra un saint martyr honoré par l’Eglise Catholique ».  Jean- Jacques Rousseau reprendra dans une publication, en 1776, la fameuse chanson « Lisette alé la plaine », la première transcrite dans la littérature, paru dans le livre de Moreau de Saint-Méry et conçu vers 1759.    Par la suite, en 1826, Victor Hugo s’inspira des luttes anti-esclavagistes pour l’indépendance et écrivit Bug-Jargal.  Alphonse de Lamartine rédigera un poème dramatique sur Toussaint Louverture en 1850.  Plaidant pour l’abolition de l’esclavage aux Antilles, il fut joué 27 fois.  Alexandre Dumas, petit-fils d’une esclave et du général de la Pailleterie basé à Saint-Domingue, sera l’auteur de La Dame aux Camélia et des Trois Mousquetaires.  Certains de ses parents feront partie de la Société des Amis des Noirs.

Identifiez, en France, des disciplines et champs d’action au développement desquels St-Domingue contribua.  Relevez le nom des hommes et femmes fameuses qui eurent des contacts directs et indirects avec St-Domingue.

 

*Thumbnail source:

Laisser un commentaire